Essai Volkswagen Golf R360S

Essai VW Golf R360S

Une méchante Golf R pour quelques 220 privilégiés en Suisse.

Alors que Volkswagen avait déjà fait plaisir aux fans suisses avec la présentation d’une Polo GTI 230 en avril 2016, une série limitée à 165 unités « Golf » et 55 unités « Variant » a débarqué sur nos routes en septembre 2016. Il s’agit ni plus ni moins de la Golf de série la plus puissante depuis sa création, offrant 360 ch pour 460 Nm, soit une progression significative de 60 ch et 80 Nm comparé à la Golf 7 R. Vous avez dit méchante? Je ne vais pas vous contredire.

Essai VW Golf R360S

Le design extérieur

Quoi de plus sobre qu’une Golf ? Une Golf R, toute R360S qu’elle soit. Ne profitant pas du facelift 2017, cette R est quasiment identique à celle de notre essai datant déjà de 2014, à quelques détails près. Des stickers et un badgage arrière « R360S » imitation carbone que je considère assez maladroit, mais rien d’autre. Une face avant toujours aussi autoritaire, des lignes racées, même en cinq portes, finissant sur un arrière que je considère comme le plus réussi des sept générations. Les quatre sorties d’échappement et les optiques arrières fumées représentent l’élément le plus « R » du design donc nous sommes très loin des différences stylistiques qu’avait très bien réussi Wolfsburg entre sa 4ème génération et la première R32. Ceci vient plus du fait que l’agressivité des lignes s’est renforcée dans les gammes en dessous, rattrapant à force les versions sportives.

Essai Volkswagen Golf R360S

L’intérieur

Une bonne ouverture des portes, des baquets accueillants et promettant une bonne tenue mais sans pouvoir accueillir un harnais, une sellerie « Nappa Carbon » sur les panneaux de porte et les retours des sièges amenant un coté sportif bienvenu mais, sinon, nous restons dans une Golf, voir même dans une Volkswagen. Comprenez par là que cet intérieur est bon, de bonne qualité et avec des matériaux nobles mais ne nous transmets pas une âme sportive de prime abord. Des badges « R » ça et là et des inserts en imitation d’aluminium tressé sur le tableau de bord et les portes nous font quand-même comprendre que nous n’avons pas à faire à n’importe quel modèle de la gamme. Un oubli, à mon avis, sur cette série limitée à 155 exemplaires est que VW n’a pas pris la peine de numéroter ses modèles. Ceci aurait amené une vraie part d’exclusivité pour cette R360S à mon avis, surtout auprès de certains fans souhaitant garder leur modèle pour le ressortir dans vingt-cinq ans, comme nous le voyons de plus en plus avec les G60 Wolfsburg Edition actuellement.

Essai VW Golf R360S intérieur tableau de bord

Pages: 1 2 3 4 5

Dans: VW

Recherche d'essais


Asphalte.ch

Abonnez-vous !

Recevez gratuitement des liens sur nos nouveaux articles par email.

Votre addresse email:

 

Partenaires

 

Piecesdetachees.ch

MotorDoctor.Fr

Les 20 plus lus

 

  • Essai McLaren 720S
  • Essai Aston Martin DB11: la rupture
  • Essai Skoda Karoq
  • Tesla Roadster 2: la bombe E
  • Aston Martin Vantage
  • Essai Volvo XC60 T8: l’alternative
  • Tesla Semi: le poids lourd
  • Essai Opel Ampera-e: l’électrique pour tous ?
  • Essai BMW 540i xDrive: première de classe ?
  • Corvette ZR1
  • Essai Audi RS3 Berline 8V 2017
  • Essai Audi SQ5 TFSI: chasseur de Macan ?
  • Essai VW Tiguan 2.0 TSI 4Motion
  • Essai Mercedes C43 AMG 4Matic: l’autre griffe AMG
  • Essai Audi S4 Avant B9: pour le meilleur
  • Essai VW Multivan T6: le transporteur