Essai Porsche 911 Carrera 4S: GT par excellence

Essai Porsche 991.2 Carrera 4S

La Porsche 991.2 Carrera 4S. Plus qu’une valeur sûre: la référence. 

J’adore les road trips. Si l’automobile a procuré une liberté et indépendance de mouvement à l’homme, il n’y a de meilleure manière d’en capturer l’essence et la poésie. Un bon road trip est au voyage ce qu’un repas gastronomique est à l’alimentation. Il y a une finalité, une destination, mais au moins autant de plaisir à chercher et trouver dans le déplacement. Une destination en Allemagne ou un itinéraire traversant ce pays s’accompagne toujours de la promesse de moments privilégiés sur cette fantastique aberration que constituent encore de nos jours les autobahns. Mais monter à Spa Francorchamps en Porsche 991.2 Carrera 4S pour couvrir les 6 Heures de Spa s’approche du plan P. P comme Perfection.

Essai Porsche 991.2 Carrera 4S

A sa sortie en 2012, la 991 Carrera S nous avait bluffé: transfigurée dans son comportement par son empattement long, et dotée d’une boîte à double embrayage qui convaincra nombre d’irréductibles de virer leur cuti. La 911 déclassait complètement la 997, gravant encore plus profondément l’empreinte de Porsche sur un segment que la marque domine de la tête et des épaules.

Essai Poirsche 991.2 Carrera 4S Gris Quartz

La Porsche 911 type 991.2 amène une petite révolution dans la poupe de l’auto avec l’abandon du moteur atmosphérique et son remplacement par un trois litres suralimenté, toujours en configuration flat-six. La cylindrée a fondu de 3800 à 2981 cm3, mais la puissance progresse de 400 chevaux à 7400 t/min à 420 chevaux à 6500 t/min. C’est cependant au niveau crucial du couple que la révolution a lieu: de 440 Nm à 5600 t/min, le nouveau biturbo bondit à 500 Nm entre 1700 et 5000 t/min. L’ancien six cylindres atmo ne déméritait pas avec 340 Nm à 2000 t/min et 380 Nm à 4000 t/min, mais ne peut tenir la comparaison avec le plateau de 500 Nm maintenu sur toute cette plage de régime par le nouveau bloc suralimenté. La différence de couple est massive.

Essai Porsche 991.2 Carrera 4S intérieur Essai Porsche 911 991.2 Carrera 4S intérieur

A la conduite, le résultat est flagrant. La Carrera conserve sa facilité de conduite légendaire, mais accélère avec force depuis les plus bas régimes. Des bas régimes que la logique de gestion de la boîte PDK cultive avec zêle, exploitant au maximum ce cocktail de souplesse et de couple. Je verrai même le compte-tours afficher 800 t/min sur le septième rapport. Dans ce même mode Normal, Porsche use et abuse du débrayage automatique (coasting) pour abaisser la consommation, que ce soit dans des évolutions placides à basse vitesse, ou plus bizarrement au lever de pied à plus de 180 km/h sur autoroute. Si j’apprécie le short shifting à la montée des rapports, ces débrayages intempestifs deviennent parfois agaçants. De grâce, laissez-nous le peu de frein moteur qu’il nous reste !

Essai Porsche 991.2 Carrera 4S Porsche 991.2 Carrera S moteur 3.0L biturbo

Pages: 1 2 3 4

Dans: Porsche

Recherche d'essais


Asphalte.ch

Abonnez-vous !

Recevez gratuitement des liens sur nos nouveaux articles par email.

Votre addresse email:

 

Partenaires

 

Piecesdetachees.ch

MotorDoctor.Fr

Les 20 plus lus

 

  • Essai McLaren 720S
  • Essai Aston Martin DB11: la rupture
  • Essai Skoda Karoq
  • Tesla Roadster 2: la bombe E
  • Aston Martin Vantage
  • Essai Volvo XC60 T8: l’alternative
  • Tesla Semi: le poids lourd
  • Essai Opel Ampera-e: l’électrique pour tous ?
  • Essai BMW 540i xDrive: première de classe ?
  • Corvette ZR1
  • Essai Audi RS3 Berline 8V 2017
  • Essai Audi SQ5 TFSI: chasseur de Macan ?
  • Essai VW Tiguan 2.0 TSI 4Motion
  • Essai Mercedes C43 AMG 4Matic: l’autre griffe AMG
  • Essai Audi S4 Avant B9: pour le meilleur
  • Essai VW Multivan T6: le transporteur