Au volant: McLaren MP4-12C Spider

McLaren MP4-12C Spider

Un premier contact humide avec la McLaren MP4-12C Spider.

C’est par une météo toute britannique que notre journée de contact avec la première voiture cabriolet de McLaren commence. Mon enthousiasme reste intact en prenant connaissance du programme de la journée et, surtout, à la vue des 4 voitures en attente du départ. Deux coupés, deux spiders, dans des teintes aguichantes, il en faut plus pour affecter mon humeur en cette matinée.

McLaren MP4-12C Spider

Deuxième modèle de la nouvelle gamme de voiture de sport McLaren Automotive, le Spider est basé sur la même cellule en carbone constituant le châssis du coupé dévoilé en 2011. A cette cellule centrale se rapportent deux sous-châssis avant et arrière en aluminium. Toutes les caractéristiques techniques sont reprises du coupé, du moteur V8 3.8l twin-turbo développant 625 ch, à la boite à vitesse double-embrayage 7 rapports. Les performances sont pour ainsi dire les mêmes, 3 km/h de moins en vitesse de pointe, les chiffres d’accélération commencent à s’écarter très légèrement à partir du 0-100 mph (0-160 km/h), le Spider requiert 0.1 seconde de plus pour atteindre cette vitesse. Le poids progresse de 40 kg du fait du système d’ouverture du toit rigide, le châssis n’ayant pas besoin de renforts supplémentaires. Nous avons pesé le coupé MP4-12C à 1471kg.

McLaren MP4-12C Spider

La grande vitre arrière mettant en évidence le moteur du coupé cède sa place à un capot horizontal en son centre avec toujours la possibilité de voir le dessus du V8. Le toit rigide est constitué de deux parties se repliant pour prendre place dans un logement à l’avant du moteur. L’opération d’ouverture ou de fermeture s’effectue en 17 secondes et peut être réalisée jusqu’à une vitesse de 30 km/h. Un large cache recouvre le tout. Une vitre verticale anti-remous assure le confort des passagers. Cette vitre peut être abaissée, indépendamment de la position du toit. Ceci permet, en l’abaissant légèrement, de mieux profiter des vocalises du moteur lorsque le toit est fermé. Particularité probablement unique, la Spider offre un volume de chargement supérieur à sa sœur Coupé, en effet, lorsque le toit est fermé le compartiment l’accueillant devient un coffre supplémentaire d’une capacité de 52 litres. Des bagages à la forme et au volume adéquats sont livrés en série avec le Spider. La capacité totale reste un peu étriquée, dans l’habitacle il n’y a aucune place derrière les sièges pour y ranger ne serait-ce qu’une veste. Le coffre avant offre, lui, une capacité raisonnable de 144 litres, c’est mieux qu’une Lamborghini ou Audi R8, mais en retrait par rapport à une Ferrari 458.

McLaren MP4-12C Spider

L’installation à bord s’avère plus aisée que la largeur et hauteur du « pas de porte » ne le laisse supposer. Par contre le système d’ouverture des portes en élytre nécessite de prévoir suffisamment d’espace pour son ouverture lors du parcage. Plusieurs commandes n’ont pas leur place habituelle dans l’habitacle. Les boutons de climatisation se situent dans la portière, les réglages de siège à l’avant de ceux-ci, mais il est très facile de se trouver à l’aise au volant, l’amplitude des différents ajustements possibles étant largement suffisante pour accommoder tout un chacun.

Pages: 1 2 3

Dans: McLaren

Recherche d'essais


Asphalte.ch

Abonnez-vous !

Recevez gratuitement des liens sur nos nouveaux articles par email.

Votre addresse email:

 

Partenaires

 

Piecesdetachees.ch

MotorDoctor.Fr

Les 20 plus lus

 

  • Essai Alpine A110 Première Edition: vers les sommets ?
  • McLaren Senna
  • Essai Kia Stinger GT 3.3 T-GDi
  • Essai Skoda Karoq
  • Essai Audi SQ5 TFSI: chasseur de Macan ?
  • Essai Volvo XC60 T8: l’alternative
  • Essai Audi S4 Avant B9: pour le meilleur
  • Essai Land Rover Discovery Sport: baroudeur familial
  • Essai Maserati Levante: nécessaire
  • Essai Renault Megane Grandtour GT
  • Essai Honda Civic Type-R GT: exigeante
  • Lamborghini Urus: Super Sport
  • Essai Audi RS3 Berline 8V 2017
  • Essai VW Multivan T6: le transporteur
  • Essai BMW 540i xDrive: première de classe ?
  • Essai Tesla Model X 90D