Essai Opel Ampera-e: l’électrique pour tous ?

Essai Opel Ampera-E

Opel lance l’électromobilité pour tous avec l’Ampera-e.

Pas trop ébranlé par son rachat par PSA en ce début d’année 2017, Opel nous met à disposition un modèle « Full Electric » tout public sous la forme de l’Ampera-e, la version européenne de la Chevrolet Bolt. Pour ma part, c’est une première expérience avec une propulsion de ce type dont l’univers écologique m’échappe encore. Pas le temps de tergiverser pour autant, prenons le volant de la nouvelle venue de Rüsselsheim pour son utilisation première, soit le trajet « maison-boulot », pendant une petite semaine.

Essai Opel Ampera-E

Si les marques déjà bien implantées dans le domaine électrique se sont toujours forcées à nous sortir des design plus que discutables pour leurs modèles écologiques, force est de constater qu’Opel a réellement voulu se rapprocher au plus près de l’image de la marque pour cet Ampera-e, faisant passer le message que cette nouvelle venue fait partie intégrante de la gamme, sans revendiquer trop tapageusement la nature alternative de sa source d’énergie. Ressemblant dans l’ensemble à une Corsa, la face avant est toutefois moins pourvue en prises d’air, les exigences de refroidissement étant moindre que sur un moteur à combustion interne.

Essai Opel Ampera-E Essai Opel Ampera-E

Inclus dans la ligne de la calandre, les feux de jour LED continuent le design fin et fluide pour nous amener sur les inscriptions « Ampera-e » représentant l’unique signe distinctif notoire par rapport à un modèle thermique conventionnel. Le capot court laisse vite place à un grand pare-brise nous promettant une excellente visibilité. Relativement haut perchée, soit 1’594 mm au total, certainement à cause des batteries intégrée dans le soubassement, notre modèle peut faire penser à un petit monospace. Toutefois, les lignes restent fluides sur toute la longueur de 4’164 mm pour nous amener sur une coupe franche du hayon arrière. Petit becquet sportif, vitre de bonne taille confirmant la volonté de visibilité depuis l’intérieur et phares à LED assez imposants complètent le design que je trouve plutôt réussi.

Essai Opel Ampera-E intérieur tableau de bord

Autant l’extérieur se trouve dans le gabarit d’une Corsa, autant l’espace intérieur nous place plutôt dans le  segment Astra, clairement un cran au-dessus en terme d’habitabilité. Profitant de vitres assez grandes, l’intérieur est lumineux, impression encore accentuée par l’utilisation de plastiques, certes très durs, mais gris clair voire blanc. Dépourvue de tunnel central à proprement parler, nous retrouvons tout de même une séparation entre les places avant, équipée du sélecteur de vitesses et du frein à main électrique. La planche de bord nous présente un écran tactile de 10.2″ qui affiche une foultitude d’informations: tout le nécessaire habituel, mais également toutes les informations primordiales de consommation d’électricité, ainsi que diverses données sur les améliorations possibles à amener à notre style de conduite. L’enjeu est d’aider le conducteur à obtenir la plus grande autonomie possible de la batterie de 60 kWh.

Pages: 1 2 3 4 5

Dans: Opel

Recherche d'essais


Asphalte.ch

Abonnez-vous !

Recevez gratuitement des liens sur nos nouveaux articles par email.

Votre addresse email:

 

Partenaires

 

Piecesdetachees.ch

MotorDoctor.Fr

Les 20 plus lus

 

  • Essai McLaren 720S
  • Essai Aston Martin DB11: la rupture
  • Essai Skoda Karoq
  • Tesla Roadster 2: la bombe E
  • Aston Martin Vantage
  • Essai Volvo XC60 T8: l’alternative
  • Tesla Semi: le poids lourd
  • Essai Opel Ampera-e: l’électrique pour tous ?
  • Essai BMW 540i xDrive: première de classe ?
  • Corvette ZR1
  • Essai Audi RS3 Berline 8V 2017
  • Essai Audi SQ5 TFSI: chasseur de Macan ?
  • Essai VW Tiguan 2.0 TSI 4Motion
  • Essai Mercedes C43 AMG 4Matic: l’autre griffe AMG
  • Essai Audi S4 Avant B9: pour le meilleur
  • Essai VW Multivan T6: le transporteur