Nissan Leaf – Essai

nissan-leaf-07

L’électrique, c’est fantastique. Si la Toyota Prius et les hybrides bimodales qui l’ont suivi ont permis à des millions d’automobilistes de goûter – brièvement – aux délices de la propulsion électrique, les voitures purement électriques demeurent rares sur le marché, et encore plus dans les rues de nos villes et routes de nos campagnes. Fort dommage car la propulsion électrique est d’une sérénité et d’un raffinement exquis. Le silence et l’absence de vibration concourent à une expérience qui, en plus d’être agréable, a également l’attrait de la nouveauté.

Nissan aurait pu puiser dans les lignes de la GT-R des traits de style véhiculant modernité et technologie, mais c’est plutôt le Juke dont la Leaf semble suivre la veine,  avec des volumes joufflus et des traits osés. Le résultat, surtout la ligne de profil, pourrait être qualifié de rigolo par une minorité bienveillante, et attirera probablement des commentaires plus péjoratifs de la plupart. Les optiques proéminentes au traitement bleuté mariées au blanc nacré de notre véhicule d’essai donnent une touche chic, mais la silhouette manque d’élégance, les jantes de 16 pouces semblent perdues dans les ailes.

Nissan Leaf

L’ambiance à bord est plaisante, avec des matériaux dont les coûts ont visiblement été comptés, mais qui sont bien ajustés et agréables au toucher. L’équipement est complet, la navigation dans les menus accessibles par l’écran tactile demande un peu d’adaptation mais l’équipement est fonctionnel, l’interface bluetooth avec un téléphone portable facile à établir. Sur la console centrale, un champignon permet de sélectionner la direction de marche (pousser en avant pour … reculer et tirer en arrière pour avancer), et de commuter alternativement entre le mode D normal et le mode Eco. Ce dernier limite le couple disponible sous le pied droit, et augmente la puissance de recharge en déccélération, donc le frein moteur. A l’image du mode ‘B’ des Toyota Prius, il est donc possible de moduler le frein moteur en descente selon la pente, et de conserver ainsi une vitesse constante. La conduite en mode Eco se révèle par ailleurs pénible, monastique, la limitation du couple rendant l’insertion dans le trafic difficile.

Nissan Leaf - Intérieur nissan-leaf-19 nissan-leaf-20

Cliquer sur les vignettes pour agrandir l'image

Réparties sous le plancher pour abaisser le centre de gravité, 192 cellules Lithium Ion montées en série, procurant une tension nominale de 345 V et stockant une énergie totale de 24 kWh et pesant – selon la source la plus fiable que nous avons pu trouver – 294kg. La densité énergétique serait ainsi de 81 Wh/kg, significativement supérieure aux 55 Wh/kg  annoncée par Toyota pour sa Prius Plug-In Hybrid. Les batteries alimentent un moteur électrique situé sous le capot avant, entraînant les roues avant avec un rapport de réduction unique – pas de boîte à vitesses ou de variateur – avec une démultiplication de 7.9377. Le moteur synchrone à courant alternatif développe un couple de 280 Nm de 0 à 2730 t/min, et une puissance maxi de 109 ch de 2730 à 9800 t/min, le régime maxi étant situé à 10390 t/min.

nissan-leaf-23 nissan-leaf-24

Les performances annoncées semblent modestes sur le papier (0-100km/h en 11.9s et 145 km/h de vitesse pointe), mais en pratique, la disponibilité du couple maxi dès le démarrage rend les accélérations dynamiques, jusqu’à parfois mettre à mal la motricité d’une roue avant et renvoyer de légers effets de couple dans le volant. La constance de la poussée est aussi surprenante qu’agréable,  tout comme l’absence de vibration et le silence, à peine troublé par le « viuuu » discret du moteur électrique. Il semble qu’en cas de fortes sollicitations répétées, l’électronique muselle légèrement le débit de courant afin d’empêcher une surchauffe des précieuses cellules Lithium Ion. Le phénomène n’est perceptible par la baisse du couple, l’aiguille de température de batterie restant obstinément dans sa position médiane. Sur autoroute, la Leaf dépasse les 150 km/h de croisière avec facilité, même sur des côtes prononcées, ce dans un silence saisissant, à peine troublé par l’air s’écoulant sur la carrosserie. Le Cx est d’ailleurs assez moyen, 0.29 contre 0.25 pour une Prius Plug-In Hybrid.

Pages: 1 2 3 4

Dans: Nissan

Recherche d'essais


Asphalte.ch

Abonnez-vous !

Recevez gratuitement des liens sur nos nouveaux articles par email.

Votre addresse email:

 

Partenaires

 

Piecesdetachees.ch

MotorDoctor.Fr

Les 20 plus lus

 

  • Essai Alpine A110 Première Edition: vers les sommets ?
  • McLaren Senna
  • Essai Kia Stinger GT 3.3 T-GDi
  • Essai Skoda Karoq
  • Essai Audi SQ5 TFSI: chasseur de Macan ?
  • Essai Volvo XC60 T8: l’alternative
  • Essai Audi S4 Avant B9: pour le meilleur
  • Essai Land Rover Discovery Sport: baroudeur familial
  • Essai Maserati Levante: nécessaire
  • Essai Renault Megane Grandtour GT
  • Essai Honda Civic Type-R GT: exigeante
  • Lamborghini Urus: Super Sport
  • Essai Audi RS3 Berline 8V 2017
  • Essai VW Multivan T6: le transporteur
  • Essai BMW 540i xDrive: première de classe ?
  • Essai Tesla Model X 90D