Rolls Royce Phantom VIII

Rolls Royce Phantom VIII

La Rolls Royce Phantom VIII: nulle autre n’incarne plus le luxe ultime.

A la différence d’autres soit-disant (sic) constructeurs d’automobiles de luxe en quête d’économies d’échelle, Rolls Royce ne partage pas ses plateformes avec d’autres marques roturières. Pour la marque anglaise, le futur du vrai luxe réside dans la manufacture à faible volume d’architectures dédiées. La clientèle de Rolls Royce est en quête d’individualité et d’exclusivité jusqu’à l’ADN du châssis.

Rolls Royce Phantom VIII

L’architecture du Luxe (« Architecture of Luxury ») est une plateforme qui doit supporter toute la gamme Rolls Royce. Débutant sur la Phantom VIII, les futures Ghost, Wraith et Dawn seront construites sur les mêmes fondations, tout comme de futurs coachbuilds à l’image de la récente Sweptail. Cette plateforme est entièrement en aluminium et 30% plus rigide que celle de la Phantom VII. Les liaisons au sol sont nouvelles, avec un double triangle à l’avant et un système à cinq bras pour les roues arrière qui sont désormais directrices. Comme chez Mercedes et Audi sur la nouvelle A8, un système de caméra intégré au pare-brise lit la route et permet d’ajuster le tarage de la suspension pneumatique en anticipation des déformations.

Rolls Royce Phantom VIII EWB intérieur Rolls Royce Phantom VIII porte arrière

La nouvelle plateforme est naturellement conçue pour filtrer tout bruit inconvenant, mais les efforts ne s’arrêtent pas là. La Phantom 8 adopte un double vitrage de 6mm d’épaisseur à 360 degrés, et intègre plus de 130 kg d’isolant phonique. Le plancher et des zones du tablier sont à double paroi avec un isolant intercalaire. La monte pneumatique de 22 pouces est  spécifique, intégrant un nouveau système « Silent Seal » qui diminue le bruit de roulement de 9 dB. La Phantom VIII est ainsi 10% plus silencieuse que le modèle précédent.

Rolls Royce Phantom VIII intérieur sièges arrière Rolls Royce Phantom 8 calandre

Le long capot abrite un V12 de 6.75 litres alimenté par deux turbocompresseurs, délibrant 900 Nm dès 1700 t/min et 571 ch. Il remplace ainsi l’ancien V12 à admission naturelle qui développait 460 chevaux. La boîte ZF à 8 rapports utilise les données GPS pour anticiper les changements de rapport en fonction du relief. La calandre est plus haute, positionnant le Spirit of Ecstasy un demi pouce plus haut. Elle est pour la première fois intégrée à la carrosserie, et flanquée d’optiques laser d’une portée de 600 mètres. De profil, la version Extended Wheel Base est immédiatement reconnaissable à la lèvre polie qui court le long du bas de caisse.

Pages: 1 2

Dans: Rolls Royce

Recherche d'essais


Asphalte.ch

Abonnez-vous !

Recevez gratuitement des liens sur nos nouveaux articles par email.

Votre addresse email:

 

Partenaires

 

Piecesdetachees.ch

MotorDoctor.Fr

Les 20 plus lus

 

  • Essai Audi RS3 Berline 8V 2017
  • Essai Maserati Levante: nécessaire
  • Essai Porsche Panamera Sport Turismo: en nuance
  • Polestar1
  • Audi A7 Sportback
  • Porsche 718 Boxster & Cayman GTS
  • Essai Volvo XC60 T8: l’alternative
  • Essai Volkswagen Golf R360S
  • Essai Audi SQ5 TFSI: chasseur de Macan ?
  • Aston Martin DB11 Volante
  • Essai MINI Clubman John Cooper Works
  • Essai VW Multivan T6: le transporteur
  • Essai Alfa Romeo Giulia Veloce
  • Essai Land Rover Discovery Sport: baroudeur familial
  • Range Rover Sport 2018, Hybride & SVR
  • Essai longue durée Porsche Macan S: cherchez la faille