Essai Opel Cascada

Essai Opel Cascada

Un cabriolet quatre places élégant à l’essai: l’Opel Cascada. 

Présenté au salon de Genève 2013, l’Opel Cascada reprend le flambeau de l’Astra Cabriolet. Le cabriolet Cascada est construit sur la plateforme Delta II de General Motors, qu’elle partage notamment avec l’Astra et l’Ampera. Il mesure 4.69m de long, mais l’empattement de 2695mm est identique à celui de l’Astra OPC . Les 23cm de différence en longueur proviennent de porte-à-faux accrus. Le Cascada partage le même style très élégant, souligné du même pli courant des optiques arrière pour venir mourir sur l’aile avant. Un dessin plongeant très pur, sobre, qui fait de la Cascada une voiture plaisante au regard.

Opel Cascada Opel Cascada Opel Cascada

Les longues portes s’ouvrent sur un intérieur dominé par la finition cuir nappa Brandy de cette version Cosmo. Il s’agit d’une option onéreuse (3500 CHF), mais elle donne une touche luxueuse appréciable à l’intérieur, d’autant plus qu’elle est couplée avec les sièges premium estampillés du label action dos sain AGR (Aktion Gesunder Rücken), chauffants et ventilés, avec fonction Easy Entry d’avance électrique automatique pour l’accès aux places arrière. Un volant sport gainé de cuir fait également partie du pack ; sa jante épaisse serait digne d’une réalisation du département Motorsport de BMW.  La finition Cosmo amène en sus des approche-ceintures électriques, la climatisation automatique à deux zones, les interfaces Bluetooth pour téléphone et USB pour baladeur et des jantes en alliage de 18’’. L’équipement de série inclut en Suisse le Pack Park & Go Technology qui comprend la navigation et l’assistance au parcage avant/arrière avec caméra, une fonction rendue quasiment indispensable par la visibilité arrière Lamborghinienne lorsque la capote est relevée. J’ai par contre vite regretté l’absence d’accès et démarrage keyless (clé confort en bon français), pas disponible au catalogue, et de rétroviseurs rabattables (200 CHF en option).

Opel Cascada Cosmo - Intérieur Opel Cascada Cosmo Intérieur

Le design intérieur est plaisant, avec un agencement à l’ancienne offrant une pléthore de boutons sur la console centrale, permettant un accès direct dès le moment où l’on sait où ils sont situés. La molette de navigation des menus de l’interface multimédia demande un temps d’adaptation, la fonction principale d’appel des menus étant assignée à sa couronne périphérique plutôt qu’au gros bouton central. La couverture de la partie supérieure de la planche de bord est en cuir avec coutures contrastées assorties à la sellerie. Lorsque le regard s’égare au-delà de la proximité directe des occupants, la finition de certains plastiques choque, comme par exemple l’entourage du pare-brise.

Le Cascada est un 4 places stricte – au sens légal du terme, et l’espace laissé aux occupants arrières est compté. L’accès est facilité par le mécanisme Easy Entry qui avance le siège électriquement, mais dès qu’on rabat le dossier, un adulte se sentira à l’étroit. Capote fermée, mon occiput bute contre la toile, et mes genoux doivent trouver refuge de part et d’autre du dossier du siège conducteur. Il y a suffisamment de place pour éviter le label 2+2, mais pas assez pour envisager un week-end avec un couple d’amis. Le coffre dispose d’une capacité raisonnable, mais elle diminue drastiquement dès que le panneau de protection de la capote est déployé. La possibilité de replier les dossiers des sièges (50/50) est par contre appréciable pour le transport d’objets longs. La capote se déploie ou se replie en 17 secondes, à l’arrêt ou en mouvement jusqu’à 50 km/h.

Pages: 1 2 3 4

Dans: Opel

Recherche d'essais


Asphalte.ch

Abonnez-vous !

Recevez gratuitement des liens sur nos nouveaux articles par email.

Votre addresse email:

 

Partenaires

 

Piecesdetachees.ch

MotorDoctor.Fr

Les 20 plus lus

 

  • Mercedes-AMG CLS & E53
  • Essai Skoda Karoq
  • Detroit 2018: Mercedes Classe G W464
  • Essai Alpine A110 Première Edition: vers les sommets ?
  • Essai Renault Grand Scenic Initiale Paris: au presque parfait
  • Essai Land Rover Discovery Sport: baroudeur familial
  • Essai Volvo XC60 T8: l’alternative
  • Essai VW Multivan T6: le transporteur
  • Essai VW Tiguan 2.0 TSI 4Motion
  • Essai Audi SQ5 TFSI: chasseur de Macan ?
  • Marché auto suisse 2017: stabilité trompeuse
  • Essai Kia Stinger GT 3.3 T-GDi
  • Detroit 2018: Ford Mustang Bullitt
  • Essai Mercedes C43 AMG 4Matic: l’autre griffe AMG
  • Essai Alfa Romeo Giulia Veloce
  • Essai Nissan GT-R 2017: irréductible