Audi S5 Sportback 3.0 TFSI – Essai longue durée

audi-s5-sportback-44

Avec le Sportback, Audi est le pionnier des berlines-coupé premium de taille moyenne. La version S5 lui confère les performances d’un V6 3 litres à injection directe et compresseur, et un traitement esthétique distinctif. Sous cet emballage, la substance est rigoureuse, compétente, mais avare en sensations sportives. Premier bilan sur 1 an et 18’000km.

audi-s5-sportback-23

Berline confortable, transmission intégrale sous diktat conjugal et topographique, finition intérieure de haute qualité – ce qui élimine plusieurs prétendantes – pour un budget d’environ 100’000 CHF, le choix pour le remplacement de mon « daily » s’est rapidement rétréci à deux modèles du portfolio d’Audi : S4 Avant ou S5 Sportback. Les voix de la raison auraient plaidé pour un V6 turbo diesel , mais le manque de raffinement relatif de ces motorisations sonnait trop comme une capitulation. L’hésitation entre le break et la berline-coupé subsista plus longtemps. La S5 l’emporta par le côté moins utilitaire de sa définition et de ses sensations de conduite. De longueur identique mais plus basse, dépourvue de cadres de portes et enveloppant ses occupants d’une ceinture de caisse plus haute, l’expérience de conduite eut le dessus sur des considérations pratiques.

audi-s5-sportback-22 audi-s5-sportback-24

Cliquer sur les vignettes pour agrandir les images

Ainsi se rationalise mon coup de cœur pour la ligne du Sportback, une variation sur le thème du coupé A5, mais avec une découpe des custodes plus gracieuse que l’angle abrupt du coupé. La nervure qui court des optiques avant aux phares arrières est conservée, mais le volume arrière change grâce à la pente douce du hayon.  L’empattement est plus long de 60mm que celui de du coupé, mais identique aux berlines et break A4/S4. Le tout est assaisonné de manière prédictible avec les attributs des séries S, bas de caisse proéminents, arête de coffre plus prononcée, boucliers et 4 sorties d’échappement ovales pour se distinguer au premier coup d’œil d’un brûle-mazout en smoking S-Line.

audi-s5-sportback-26 audi-s5-sportback-30

La plongée dans le catalogue des options fut approchée avec réalisme, sérénité et résolution. Et une indéniable gourmandise. Sièges sport à mémoire, toit ouvrant, sellerie deux tons assortie, garnitures carbone, navigation MMI plus, amortissement réglable donc drive select, cruise control adaptatif, équipement audio B&O, bluetooth, keyless, assistance au parcage avec caméra, climatisation automatique à trois zones. On continue à l’extérieur avec une peinture Audi Exclusive en gris Suzuka – un blanc métallisé introduit sur la R8 V10, des jantes de 20 pouces, le paquet optique noir et un crochet d’attelage amovible. Résultat ? Une voiture plaisante dont le prix de base subit une inflation de 29.3%, pas moins. Seule option significative laissée de côté, le différentiel arrière sport, théoriquement inopportun pour une auto dont la vocation est d’officier comme grande routière cossue.

audi-s5-sportback-01

Pages: 1 2 3 4 5

Dans: Audi

Recherche d'essais


Asphalte.ch

Abonnez-vous !

Recevez gratuitement des liens sur nos nouveaux articles par email.

Votre addresse email:

 

Partenaires

 

Piecesdetachees.ch

MotorDoctor.Fr

Les 20 plus lus

 

  • Essai Ferrari 488 GTB
  • Essai Audi SQ5 TFSI: chasseur de Macan ?
  • VW Polo & Polo GTI: et de six !
  • Hyundai Kona
  • Essai Renault Megane Grandtour GT
  • Jaguar XF Sportbrake
  • BMW Série 6 Gran Turismo
  • Essai Audi S4 Avant B9: pour le meilleur
  • Essai VW Tiguan 2.0 TSI 4Motion
  • Essai longue durée Porsche Macan S: cherchez la faille
  • Essai Porsche 911 Carrera 4S: GT par excellence
  • McLaren 570S Spider
  • Essai Peugeot 308 GTi
  • Mercedes GLC 63 AMG 4MATIC+
  • Honda Civic Type R 2017
  • Essai Renault Espace 5 Initiale Paris