Essai MINI Clubman John Cooper Works

Le Clubman JCW est devenu un petit break sportif et polyvalent.

La résurrection de MINI, amorcée en 2000, en est à son troisième tome. La série F55/56 a gagné en taille, abandonné les moteurs co-développés avec PSA et leur réputation de fiabilité perfectible. Le Clubman fut une innovation de la seconde génération. Avec la version F54, il est devenu un break compact conventionnel à 5 portes (ou 6 selon la méthode de décompte).

La barre des 4 mètres est donc allègrement franchie. Notre Clubman JCW mesure 4.25m de long, soit 31 cm de plus que la génération R55. Le gabarit reste compact dans l’absolu et pratique au quotidien. L’ouverture du hayon en deux demi portes est plus ludique que pratique, mais la capacité de chargement (de 360 à 1250 litres selon la configuration des sièges) est cohérente avec la longueur.

Je ne suis pas un fan de MINI de la première heure, je le confesse volontiers, ni de la deuxième d’ailleurs. Je n’ai pas d’attirance naturelle pour son style néo-rétro, ni d’ailleurs pour le design intérieur mêlant une décoration un rien too much avec des matériaux jusqu’ici bon marché. Je dois cependant concéder que notre John Cooper Works d’essai a fière allure dans sa robe Moonwalk Grey relevée d’accents rouges. La déclinaison Clubman sied à merveille à la MINI, avec un élégant équilibre des volumes entre l’avant élancé, la casquette de toit horizontale et le volume arrière plus massif. A l’intérieur, festival de chromes et de piano black, pas forcément ma tasse de thé mais la qualité d’exécution est bonne.

 

Sous le capot avant, MINI a installé un 4 cylindres 2 litres avec turbo twinscroll. Il développe 350 Nm entre 1450 et 4500 t/min, et sa puissance culmine à 231 ch entre 5000 et 6000 t/min. La plateforme UKL2 est partagée avec les compactes série 2 ou du nouveau X1: moteur transversal accouplé à une boîte automatique Aisin à 8 rapports (ou manuelle à 6 rapports dans le cas du Clubman JCW), distribution du couple entre les trains intégrée au différentiel avant, arbre de renvoi vers le train arrière où un embrayage piloté couple les roues si les conditions le nécessitent. Tout ALL4 qu’il est, le Clubman JCW fonctionne comme traction en conditions normales pour abaisser la consommation, et en intégrale seulement lorsque l’adhérence le rend nécessaire.

Si un deux litres turbo de 231 chevaux peut paraître modeste à une époque où les compactes du segment C accrochent les 400 chevaux, ce moteur est plutôt convaincant au premier abord. A la mise en marche, une sonorité affirmée remplit l’habitacle, et le couple paraît omniprésent dès les premiers kilomètres. Le poncif de go-kart communément appliqué à MINI est lassant, mais mérité si il est remis dans le contexte approprié. L’auto est alerte, agile, que ce soit longitudinalement ou latéralement. L’amortissement est assez typé, ferme mais pas radical.

 

En utilisation courante, j’ai trouvé le Clubman JCW très agréable. C’est une auto qui “fonctionne”, au sens où rien ne vient entraver une routine quotidienne pressée. Keyless pour rentrer (les poignées de porte n’ont pas de capteur capacitif malheureusement), une pichenette sur le commutateur de contact pour mettre en route, le sélecteur de boîte est déjà dans la paume, tout s’enchaîne avec fluidité et célérité.

 

La faible hauteur d’assise nécessite un peu d’agilité pour s’extraire de l’auto dans les parkings, mais dans l’ensemble, cette auto est très plaisante à l’utilisation, d’autant plus que son esthétique et ses qualités dynamiques rendent des trajets mornes plutôt attrayants. La boîte automatique Aisin rend une copie plutôt bonne: elle est parfois un peu spongieuse mais remplit sa tâche sans défaut significatif. Le diamètre de braquage est un peu incongru pour la taille, 11.3m, nécessitant souvent une manœuvre de plus que nécessaire dans les endroits exigus.

La question qui reste à éclaircir se situe dans le registre plus John Cooper Works de son utilisation: la conduite sportive. Nous prenons donc la direction d’un de nos cols favoris pour confronter le Clubman JCW sur un terrain sélectif. Passage en mode sport par le biais du commutateur qui encercle la base du levier de sélection de boîte, et cap sur le Mollendruz. Les 6.3 secondes revendiquées par MINI sur le 0-100 km/h reflètent bien les forces en présence: d’un côté, ce 2.0 litres turbo de 350 Nm et 231 chevaux. De l’autre, un Clubman JCW qui accuse 1570 kg à vide sur nos corner scales, soit 80 kg de plus que le poids annoncé. En termes purement comptables, la concurrence fait mieux: plus de couple, plus de watts et moins de poids.

Le caractère volontaire du moteur reste présent, mais le brio à plus haut régime n’est pas éblouissant. Il commence à manquer de souffle au-dessus de 5000 t/min et, particularité peu commune, ne butte pas contre un rupteur coupant l’allumage. Il plafonne à son régime maxi. La bonne nouvelle est que les vitesses atteintes en tirant sur les rapports intermédiaires restent raisonnables. On peut avoir la satisfaction de taper dans le moteur se concentrer ensuite sur l’exploitation de l’excellent châssis sans verser dans des excès trop répréhensibles.

La sonorité assez ronde se teinte des harmoniques plus rageuses d’un 4 cylindres en ligne, et le côté le plus réussi est sans doute la répartition acoustique entre l’avant et l’arrière, comme si le bruit d’admission était idéalement balancé par les marmites arrières. Mode sport activé, la sonorité s’affirme un peu plus, l’échappement ponctue les montées de rapport d’un “poc” démonstratif, et quelques pétarades ponctuent ça et là les phases de retenues.

  

Des Bridgestone Potenza S001 en 225/35R19, un centre de gravité bas et des suspensions bien tarées concourent à des prises d’appui franches et l’absence de toute inertie lors des changements de direction. La motricité irréprochable permet de sortir en force des épingles plus serrées, mais la surconduite sera naturellement punie d’un sous-virage progressif. Le comportement est en ce sens nettement moins typé propulsion qu’une BMW M135i xDrive.

Les sièges tiennent bien le torse, le son est plaisant, les performances attrayantes sans être ébouriffantes, le cocktail est vraiment aussi efficace que plaisant. Les limites de grip ne sont cependant pas faciles à cerner, laissant l’impression lancinante que ça passerait plus vite un peu partout. Les choses se pimentent un peu plus en descente de col. Le train arrière se fait léger en entrée de courbe sur les freins, au point d’imposer une certaine circonspection avant de sortir la grosse attaque et de déconnecter l’ESP. Joueuse diront certains, pointue rétorqueront d’autres, toujours est-il que ce Clubman JCW sort de l’ordinaire des compactes sportives sur ce point.

La boîte est moins convaincante au rétrogradage, timide dans l’égalisation du régime, et plus lente dans son exécution. C’est surtout dans ces conditions qu’on regrette la rapidité et la précision d’une (bonne) boîte à double embrayage. Le freinage ne brille pas par son mordant. On le qualifiera de correct, sans plus. L’instrumentation est minimale. Le petit écran logé dans l’énorme cadran circulaire permet d’afficher en mode sport une représentation du couple et de la puissance du moteur, ce qui est parfaitement inutile, mais face au conducteur, on ne trouve qu’un petit compteur analogique et un compte-tours encore plus petit et peu lisible. L’affichage tête haute n’est pas d’un grand secours, il ne projette pas suffisamment haut.

En termes purement sportifs, le Clubman JCW est plus intéressant pour ses aptitudes dynamiques que pour les performances pures de son moteur ou la maestria de sa boîte. Sur l’autoroute, il se révèle très fréquentable, légèrement trépidant sur les sections mal revêtues, mais un trajet de 250 km n’a rien d’un calvaire, et le huitième rapport contribue à contenir le bruit et la consommation (moins de 2500 t/min à 130 km/h). Celle-ci s’est établie à 8.25 L/100km sur l’ensemble de l’essai (7.9 L/100km à 73 km/h de moyenne horaire selon l’ordinateur de bord).

En gagnant en gabarit et en habitabilité, la gamme MINI devient plus comparable à des compactes du segment C (Golf, Leon et consorts) qu’à des hyper-compactes du segment B (Polo, Ibiza). Au tarif proposé de 42’800 CHF (45’400 CHF en boîte automatique), une Seat Leon ST Cupra DSG 4Drive représente une concurrence sérieuse, plus spacieuse et également nettement plus performante, troquant le cachet MINI pour une élégance qui a son attrait. Les inconditionnel(le)s du style et de l’ambiance MINI n’auront pas de peine à rationaliser leur préférence pour le Clubman JCW, mais les pragmatiques auront plus de peine à justifier le choix de l’anglo-münichoise, surtout après avoir puisé dans le catalogue d’options qui envoie la facture à près de 58’000 CHF sans exubérance particulière. Le Clubman JCW est un produit sérieux, mais qui convaincra avant tout les passionnés de la marque.

Prix et options du véhicule essayé

MINI Clubman JCW CHF 42’800 € 38’500
Pack Chili CHF 2’770
Boîte automatique Steptronic CHF 2’600 € 2’120
Pack Innovation CHF 2’010  –
Système Harman Kardon CHF 990 € 800
Pack Wired CHF 910  –
Peinture Moonwalk Grey Metallic CHF 800 € 0
Driving Assistant CHF 590  –
Régulateur de vitesse actif CHF 530 € 410
Intérieur MINI Yours Piano Black CHF 520  –
Park Distance Control CHF 490 € 410
Vitrage athermique CHF 470 € 360
Caméra de recul CHF 450 € 410
Sièges chauffants CHF 390 € 400
Pack Spotlight CHF 340  –
Bandes sport rouges CHF 320 € 240
Filet de rangement CHF 250  –
Pack visibilité CHF 200 € 160
Rétroviseurs jour/nuit automatiques CHF 170 € 180
Projecteurs LED CHF 130 € 210
Chrome line extérieur CHF 50 € 50
Prix catalogue du véhicule de test CHF 57’990 € 47’970

 

Face à la concurrence – caractéristiques techniques

MINI Clubman JCW All4 Seat Leon ST Cupra DSG 4Drive Audi A3 Sportback 2.0 TFSI
Moteur L4 1998 cm3 turbo  L4 1984 cm3 turbo L4 1994 cm3 turbo
Puissance (ch / t/min) 231 / 5000-6000 300 /  5500-6200 190 / 4200-6000
Couple (Nm / tr/min) 350 / 1450-4500 380 / 1800-5500 320 / 1500-4180
Transmission All4 4Drive Quattro
Boite à vitesses Man 6 / Auto 8 DSG6 S-Tronic 7
RPP (kg/ch)  6.80 (5.26)  (7.37)
Poids DIN (constr.) 1570 (1490)

58.4%AV 41.6%AR
(1578) (1400)
0-100 km/h (sec.) 6.3  4.9 6.2
Vitesse max. (km/h) 238  250 236
Conso. Mixte (constr.) 8.25 (6.8) (7.2) (6.0)
Emissions CO2 (g/km) 154 164 137
Réservoir (l) 48 50 55
Longueur (mm) 4253  4540 4313
Largeur (mm) 1800 1816/1975 1785
Hauteur (mm) 1441 1431 1426
Empattement (mm) 2670 2631 2637
Coffre (L) 360-1250 587-1470 340-1180
Pneumatiques 225/40R18 235/35R19 205/55R16
Prix de base (CHF) 42’800 42’300 42’600
Prix de base (EUR) 38’500 40’210 34’500

Nos remerciements à BMW Group Suisse pour la mise à disposition de ce Clubman JCW.

Galerie de photos

Liens

Le sujet du forum – les articles MINI – la liste des essais – à lire: