Essai MINI Clubman John Cooper Works

Essai Mini Clubman JCW

Le Clubman JCW est devenu un petit break sportif et polyvalent.

La résurrection de MINI, amorcée en 2000, en est à son troisième tome. La série F55/56 a gagné en taille, abandonné les moteurs co-développés avec PSA et leur réputation de fiabilité perfectible. Le Clubman fut une innovation de la seconde génération. Avec la version F54, il est devenu un break compact conventionnel à 5 portes (ou 6 selon la méthode de décompte).

Essai MINI Clubman John Cooper Works

La barre des 4 mètres est donc allègrement franchie. Notre Clubman JCW mesure 4.25m de long, soit 31 cm de plus que la génération R55. Le gabarit reste compact dans l’absolu et pratique au quotidien. L’ouverture du hayon en deux demi portes est plus ludique que pratique, mais la capacité de chargement (de 360 à 1250 litres selon la configuration des sièges) est cohérente avec la longueur.

Essai MINI Clubman John Cooper Works

Je ne suis pas un fan de MINI de la première heure, je le confesse volontiers, ni de la deuxième d’ailleurs. Je n’ai pas d’attirance naturelle pour son style néo-rétro, ni d’ailleurs pour le design intérieur mêlant une décoration un rien too much avec des matériaux jusqu’ici bon marché. Je dois cependant concéder que notre John Cooper Works d’essai a fière allure dans sa robe Moonwalk Grey relevée d’accents rouges. La déclinaison Clubman sied à merveille à la MINI, avec un élégant équilibre des volumes entre l’avant élancé, la casquette de toit horizontale et le volume arrière plus massif. A l’intérieur, festival de chromes et de piano black, pas forcément ma tasse de thé mais la qualité d’exécution est bonne.

Essai MINI Clubman JCW moteur Essai MINI Clubman JCW Moonwalk Grey

Sous le capot avant, MINI a installé un 4 cylindres 2 litres avec turbo twinscroll. Il développe 350 Nm entre 1450 et 4500 t/min, et sa puissance culmine à 231 ch entre 5000 et 6000 t/min. La plateforme UKL2 est partagée avec les compactes série 2 ou du nouveau X1: moteur transversal accouplé à une boîte automatique Aisin à 8 rapports (ou manuelle à 6 rapports dans le cas du Clubman JCW), distribution du couple entre les trains intégrée au différentiel avant, arbre de renvoi vers le train arrière où un embrayage piloté couple les roues si les conditions le nécessitent. Tout ALL4 qu’il est, le Clubman JCW fonctionne comme traction en conditions normales pour abaisser la consommation, et en intégrale seulement lorsque l’adhérence le rend nécessaire.

Essai MINI Clubman John Cooper Works Moonwalk Grey

Pages: 1 2 3 4 5

Dans: MINI

Recherche d'essais


Asphalte.ch

Abonnez-vous !

Recevez gratuitement des liens sur nos nouveaux articles par email.

Votre addresse email:

 

Partenaires

 

Piecesdetachees.ch

MotorDoctor.Fr

Les 20 plus lus

 

  • Essai Alpine A110 Première Edition: vers les sommets ?
  • Essai Nissan GT-R 2017: irréductible
  • McLaren Senna
  • Essai Kia Stinger GT 3.3 T-GDi
  • Essai Audi SQ5 TFSI: chasseur de Macan ?
  • Essai Skoda Karoq
  • Essai Volvo XC60 T8: l’alternative
  • Essai Audi S4 Avant B9: pour le meilleur
  • Essai Honda Civic Type-R GT: exigeante
  • Essai Renault Megane Grandtour GT
  • Essai Land Rover Discovery Sport: baroudeur familial
  • Essai VW Multivan T6: le transporteur
  • Essai Maserati Levante: nécessaire
  • Essai Audi RS3 Berline 8V 2017
  • Essai Porsche 718 Boxster & Cayman
  • Lamborghini Urus: Super Sport