Essai Land Rover Discovery Sport: baroudeur familial

Essai Land Rover Discovery Sport

Le Land Rover Discovery Sport: baroudeur familial en habits de ville. 

La gamme Land Rover regorge de SUVs. C’est normal: la marque ne fait que ça. En termes de dimensions, le Discovery Sport est le plus petit Land Rover, mais il reste nettement plus spacieux que le Range Rover Evoque et ses 4.37m, mais demeure beaucoup plus compact que le New Discovery (4.97m). Ses 4.60m le situent dans la catégorie des X3/Q5/GLC, mais le Discovery Sport a un atout dans sa manche: sa disponibilité en configuration 5+2, relativement rare dans le segment. La formulation est un indice, on ne parle pas de sept places mais bien de 5+2, et un premier coup d’oeil rapide suscite le doute voire l’incrédulité: les candidats à l’occupation des places “+2” doivent-ils fatalement rentrer dans le gabarit d’un Hobbit ?

Essai Land Rover Discovery Sport 180ch

A ma grande surprise, ce n’est pas le cas, ou en tous cas pas au point où je le craignais. Les deux dossiers se déploient du plancher du coffre, avec un long panneau pivotant qui fait office d’appuie-tête. Le volume de chargement résiduel est ridicule, il faudra choisir entre 5+2 et un quelconque chargement, même symbolique. Land Rover a intelligemment monté la deuxième rangée de sièges sur des rails coulissants, ce qui permet de dégager un espace d’accès à la troisième rangée ainsi créée. Et surprise, il est presque possible d’y caser un adulte.

Essai Land Rover Discovery Sport 5+2 Essai Land Rover Discovery Sport 5+2 coffre

L’accès demande souplesse, et l’espace est naturellement exigu, mais incomparablement moins que ne le sont les places +2 d’une Porsche 911 par exemple. L’appellation 5+2 n’est pas usurpée, et pourra être utile dans certains cas particuliers. Je peine juste à envisager les cas réalistes où l’on devrait emmener 6 passagers sans le moindre bagage: des écoliers sans cartables ? De jeunes joueurs de foot sans sac ? Des randonneurs sans picnic ? Des hockeyeurs en herbe sans canne ni patins ?

Essai Land Rover Discolvery Sport intérieur tan windsor leather

La partie avant de l’habitacle est plaisante et m’a mis dans de bonnes dispositions dès les premières minutes. Descendant d’un Jaguar F-Pace décevant, le combo de couleurs de ce Discovery Sport m’a immédiatement plu. Le bleu Loire se marie très bien avec ce joli intérieur en brun orangé dénommé “tan windsor leather”. Et la sellerie est de qualité, ce qui ne gâche rien. Les sièges avant ne sont pas le dernier mot en matière de maintien latéral, mais ils bénéficient au moins d’un appui lombaire réglable, même si ce n’est qu’en profondeur. Le réglage du volant permet toutefois de concocter une position de conduite agréable. Le seul détail ergonomique fâcheux reste la disposition du large écran tactile du système InControl Touch Pro, dont seule la moitié gauche est accessible en tendant le bras, sans devoir se pencher vers l’avant.

Essai Land Rover Discovery Sport Essai Land Rover Discovery Sport TD4 180ch tableau de bord

Pages: 1 2 3 4

Dans: Range Rover

Recherche d'essais


Asphalte.ch

Abonnez-vous !

Recevez gratuitement des liens sur nos nouveaux articles par email.

Votre addresse email:

 

Partenaires

 

Piecesdetachees.ch

MotorDoctor.Fr

Les 20 plus lus

 

  • Essai Porsche 911 GT3: haute fidélité
  • Jaguar E-Pace
  • Essai Audi RS5 Coupé
  • Aston Martin Valkyrie: les détails
  • Essai VW Multivan T6: le transporteur
  • Essai Land Rover Discovery Sport: baroudeur familial
  • Essai Audi SQ5 TFSI: chasseur de Macan ?
  • Essai VW Tiguan 2.0 TSI 4Motion
  • Essai Porsche 911 Carrera 4 GTS Cabriolet
  • Audi A8: le futur du luxe
  • Essai Audi S4 Avant B9: pour le meilleur
  • Hyundai i30N: en route
  • Essai Mazda MX-5 ND: oui !
  • Essai longue durée Porsche Macan S: cherchez la faille
  • Essai Renault Espace 5 Initiale Paris
  • Essai comparatif Porsche Cayman GT4 & GTS: le prix de la rigueur