Essai Porsche 911 Carrera 4 GTS Cabriolet

Essai Porsche 911 Carrera 4 GTS Cabriolet

Une 911, oui, mais en Carrera S ou Carrera GTS ?

GTS pour Gran Turismo Sport, vue pour la première fois en 1963 avec la 904 Carrera GTS, cette dénomination est maintenant répandue et couvre tous les modèles de la gamme Porsche. En 1963, la 904 Carrera GTS assure la succession de la 718 comme voiture de compétition dans divers championnats. Une version de route est produite pour remplir les règles d’homologation du groupe 3, la production est de 106 exemplaires. Plus tard, dans les années 80 et 90, la dénomination GTS est reprise pour les 924 et 928, mais ce n’est qu’en 2010 que Porsche applique le logo GTS sur la 911 dans sa version 997. Depuis lors, plus de 15’000 911 GTS ont trouvé preneur.

Essai Porsche 911 Carrera 4 GTS Cabriolet

Dans la vaste gamme 911, la Carrera GTS se positionne entre la Carrera S et la GT3. Elle est sensée offrir le meilleur compromis entre une sportive et une voiture à utiliser tous les jours. Elle est proposée en cinq modèles : Coupé et Cabriolet en 2 et 4 roues motrices et Targa en 4 roues motrices uniquement. Toutes les GTS disposent du châssis large que l’on trouve sur les Carrera 4, il est 44 mm plus large que sur les modèles propulsion. La hauteur de caisse est abaissée de 20 mm pour les Coupé et 10 mm pour les Cabriolet et Targa. L’équipement comprend en standard l’amortissement actif PASM avec le paquet Sport Chrono permettant de choisir le caractère plus ou moins sportif du comportement de la voiture.

Essai Porsche 911 Carrera 4 GTS Cabriolet

Pièce maitresse de toute 911, le moteur évolue pour offrir un surcroit de couple et de puissance. Il s’agit du flat six de 3 litres de cylindrée suralimenté par deux turbocompresseurs déjà installé sur les Carrera depuis 2016. La puissance culmine à 450 ch à 6500 tr/mn et le couple atteint 550 Nm de 2150 tr/mn jusqu’à 5000 tr/mn. Cela représente une évolution de 30 ch et 50 Nm par rapport à la Carrera S. La boite à vitesse proposée en standard est une boite manuelle à 7 rapports. Contre supplément, on peut opter la boite double-embrayage à 7 rapports, que la grande majorité de la clientèle choisit. A noter également que le pot d’échappement sport PSE est installé en série, on le reconnaît par ses deux sorties au centre de la voiture.

Pages: 1 2 3 4 5

Dans: Porsche

Recherche d'essais


Asphalte.ch

Abonnez-vous !

Recevez gratuitement des liens sur nos nouveaux articles par email.

Votre addresse email:

 

Partenaires

 

Piecesdetachees.ch

MotorDoctor.Fr

Les 20 plus lus

 

  • Essai Alfa Romeo Giulia Veloce
  • Essai Volvo XC60 T8: l’alternative
  • Francfort 2017: Alpina D5S
  • Volvo XC40
  • Francfort 2017: Mercedes Classe X
  • Francfort 2017: Audi RS4 Avant B9
  • Francfort 2017: Mercedes EQA & S 560 e
  • Francfort 2017: Mercedes GLC F-CELL
  • Francfort 2017: VW I.D. Crozz
  • Essai Audi SQ5 TFSI: chasseur de Macan ?
  • Essai Land Rover Discovery Sport: baroudeur familial
  • Essai Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio
  • Francfort 2017: Porsche Cayenne Turbo
  • Francfort 2017: Porsche 911 GT3 Touring Package
  • Francfort 2017: Jaguar E-Pace
  • Essai VW Tiguan 2.0 TSI 4Motion