Genève 2017: interview de Jolyon Nash, directeur marketing et ventes de McLaren

Interview Mclaren Jolyon Nash Ventes Sales Marketing

Jolyon Nash répond à nos questions sur le développement des affaires de McLaren. McLaren a présenté à Genève la deuxième génération de sa gamme Super Series, un jalon d’importance dans le développement de McLaren Automotive. Nous nous sommes entretenus avec Jolyon Nash, directeur exécutif ventes et marketing pour la marque.

Q: Les ventes de McLaren ont doublé en en 2016, quel est votre objectif pour 2017 ? La croissance ne va pas être aussi forte qu’avec la première année pleine de ventes de Sports Series. Environ 4’000 voitures contre 3’286 en 2016 et 1’654 en 2015.

Q: Cette croissance est largement due aux Sports Series, qui sont ces clients ? Ce sont à 75% de nouveaux clients de la marque, avec une plus forte proportion qui l’utilisent plus comme un daily driver (NDLR en gros comme une Porsche 911) que comme quatrième ou cinquième voiture. Ceci amène de nouvelles attentes, notamment en termes de service. Pour un client de 675 LT, laisser la voiture à la concession une semaine pour un service ne pose aucun problème. Pour un client de 570S, ce n’est pas acceptable.

Q: Vous n’avez pas encore annoncé de nouveaux objectifs de vente ? L’objectif est d’atteindre à terme 5’000 unités, ce qui rendrait les affaires de McLaren Automotive très profitables pour ses actionnaires, et de maintenir l’exclusivité de la marque (NDLR: un thème abordé il y a plusieurs années par Ferrari).

McLaren 720S Salon de Genève McLaren 720S phare arrière échappement

Q: 10% des ventes mondiales et un tiers de ventes en Europe proviennent du Royaume Uni, pourquoi ? Plus une question de reconnaissance de marque que de préférence nationale. La clientèle britannique est beaucoup plus informée du fait que McLaren fait des voitures de route qu’ailleurs. La marque reste dans de nombreux marchés en déficit de notoriété ou de compréhension. Par rapport à la compétition, McLaren a volonté d’être définie par les attributs intrinsèques de performance du produits, et table moins sur des aspects extrinsèques que d’autres marques.

Q: Les ventes en Suisse ont également doublé, mais restent au niveau de Lamborghini et loin derrière Ferrari. Commentaires ? Nous sommes très satisfaits de notre performance en 2016. La Suisse est un de nos plus grands marchés européens. (NDLR McLaren a des chiffres supérieurs à ceux communiqués par l’OFROU – plus de 100 voitures contre 85 immatriculées – donc la seule explication plausible est qu’une quinzaine de voitures vendues n’ont pas été immatriculées).

Q: Une extension du réseau de vente en Suisse est-elle prévue ? Actuellement nous disposons de trois concessions (Genève, Zürich, Tessin) et la question est en constante évaluation. Les concessions doivent être rentables et avoir suffisamment de volume. En même temps, la proximité est un élément d’importance pour certains segments de notre clientèle.

Q: Quel est le status du projet P23 ? La P23 sera une hybride dans le segment Ultimate Series, une digne héritière de la McLaren F1, avec trois places, mais également hybride. Très fine, très rapide, taillée pour le voyage. Les 106 exemplaires sont tous vendus et la voiture sortira en 2019.

Q: Pourquoi des volumes aussi restreints ? Est-ce que les 375 P1 ne se sont pas avérées à posteriori comme une opportunité manquée face au contingent de Porsche 918 ? « Hindsight is 20/20 », on est toujours plus malin après. Annoncer un chiffre et ne pas l’atteindre n’était pas une option viable, et la concurrence a transpiré au début pour remplir son carnet de commandes.

Q: Et pourquoi seulement 106 P23 ? Le chiffre, symbolique, correspond au volume de production de la F1. Et parce que la clientèle désireuse et capable de dépenser plus de 2m€ dans une automobile reste restreinte.

Q: Bugatti ne semble pourtant pas avoir de difficultés à remplir le carnet de commandes de la Chiron ? Il y a une différence de taille. Bugatti réalisera (500) Chiron sur un cycle de vie complet. Celui de la Veyron a duré près de dix ans. La P1 a été produite en 1 an. La P23 sera également produite en une année. La problématique commerciale et industrielle est entièrement différente.

Q: Vous avez annoncé que 50% des McLaren vendus en 2022 seront hybrides. Quelle est la motivation ? La performance, naturellement, mais également le contexte législatif. Il est de plus en plus évident que certains centre-ville pourront un jour être interdits à la circulation des moteurs thermiques. Pour les émissions de CO2, nous avons également nos cibles à tenir.

Q: Et 100% hybride en 2025 ? Cette information publiée par un magazine britannique, Auto Express, est erronée.

Liens

Le sujet du forum – les articles McLaren – la liste des essais – le salon de Genève – à lire également:

Genève 2017 Bugatti Chiron Audi Q8 Concept Genève 2017: Lamborghini Huracan Performante Genève 2017 Ferrari 812 Superfast Genève 2017 Audi RS5  Porsche Panamera Sport Turismo Alpine A110 Première Edition Genève 2017 McLaren 720S Range Rover Velar

 

Dans: Genève, McLaren

Recherche d'essais


Asphalte.ch

Abonnez-vous !

Recevez gratuitement des liens sur nos nouveaux articles par email.

Votre addresse email:

 

Partenaires

 

Piecesdetachees.ch

MotorDoctor.Fr

Les 20 plus lus

 

  • Essai Mazda MX-5 RF Skyactiv-G 160
  • Essai Abarth 124 Spider: avantage Italie
  • Essai Hyundai IONIQ électrique
  • BMW Z4 Concept
  • Essai Mazda MX-5 ND: oui !
  • Essai Land Rover Discovery 3.0 TDV6: l’explorateur
  • Essai VW Multivan T6: le transporteur
  • Essai Audi SQ5 TFSI: chasseur de Macan ?
  • Essai Porsche 911 GT3: haute fidélité
  • Singer Vehicle Design: la Porsche 911, réimaginée
  • Aston Martin Vanquish Zagato Speedster
  • Tesla Model 3
  • Essai VW Tiguan 2.0 TSI 4Motion
  • Essai Land Rover Discovery Sport: baroudeur familial
  • Essai Mercedes C43 AMG 4Matic: l’autre griffe AMG
  • Essai Seat Ateca 4Drive Xcellence