Essai Porsche Boxster Spyder

Essai Porsche Boxster Spyder 981
La Porsche Boxster  Spyder: premier choix de la série 981 ? 

Quel meilleur préambule à l’essai du Porsche Boxster Spyder qu’une grosse tranche de Cayman GT4 suivie d’une arsouille pas moins conséquente en Cayman GTS ? Le Boxster Spyder se situe à mi-chemin entre les Boxster/Cayman GTS et le Cayman GT4, dont il hérite du moteur. Le six cylindres 3.8L de la 991 Carrera S développe un couple de 420 Nm dès 4750 t/min, mais sa puissance perd 10 chevaux par rapport au Cayman GT4. Selon Porsche, les 15 chevaux de déficit entre Carrera S et Cayman GT4 sont à mettre au passif des contraintes de packaging liées à la plateforme à moteur central, notamment en termes de refroidissement et de dessin de la ligne d’échappement, et 10 chevaux supplémentaires sont perdus dans le dessin des écopes latérales. Celles du Cayman GT4 forcent une admission d’air supplémentaire qui permettent de grapiller quelques chevaux (à haute vitesse seulement, logiquement).

Essai Porsche Boxster Spyder 981

Le Boxster Spyder compense ce très léger handicap en adoptant une capote manuelle, ce qui lui permet de revendiquer 1315 kg DIN, soit 25 kg de moins que le Cayman GT4 et 30kg sous le Boxster GTS. Le rapport poids-puissance ressort ainsi à 3.51 kg/ch contre 3.48 au Cayman GT4. Ce gain de poids se mérite, car la manipulation de la capote n’est pas évidente. Le système de clip qui tend les deux oreilles de la capote sur les ailes arrière est peu pratique, et c’est un euphémisme. Le déverrouillage de la gâche centrale est électromécanique, tout comme la libération du splendide couvre tonneau à double bulle.

Essai Porsche Boxster Spyder 981

A la différence du Cayman GT4, le châssis du Boxster Spyder ne bénéficie par contre pas de la greffe d’éléments empruntés à la 991 GT3. On retrouve donc des liaisons classiques au lieu des rotules, et des disques de frein de 340mm de diamètre à l’avant et 330mm à l’arrière au lieu des galettes de 380mm sur le GT4. L’équipement d’origine inclut par contre le châssis sport abaissé de 20mm, rendant la suspension réglable PASM indisponible, ainsi que des jantes de 20 pouces. A l’intérieur, les divins sièges baquet sport sont – remarquablement pourrait-on dire chez Porsche – d’origine. La boîte manuelle à 6 rapports, commune aux autres modèles de la série 981 est imposée, mais le Boxster Spyder reçoit un différentiel à glissement limité. En plus du capot moteur caractéristique, le Boxster Spyder reçoit le bouclier avant du Cayman GT4, mais avec une lèvre en plastic noir moins proéminente.

Test Porsche Boxster Spyder 981 Essai Porsche Boxster Spyder 981 Essai Porsche Boxster Spyder 981

Pages: 1 2 3

Dans: Porsche

Recherche d'essais


Asphalte.ch

Abonnez-vous !

Recevez gratuitement des liens sur nos nouveaux articles par email.

Votre addresse email:

 

Partenaires

 

Piecesdetachees.ch

MotorDoctor.Fr

Les 20 plus lus

 

  • Essai Alpine A110 Première Edition: vers les sommets ?
  • McLaren Senna
  • Essai Nissan GT-R 2017: irréductible
  • Essai Audi SQ5 TFSI: chasseur de Macan ?
  • Essai Kia Stinger GT 3.3 T-GDi
  • Essai Skoda Karoq
  • Essai Volvo XC60 T8: l’alternative
  • Essai Audi S4 Avant B9: pour le meilleur
  • Essai Renault Megane Grandtour GT
  • Essai Honda Civic Type-R GT: exigeante
  • Essai VW Multivan T6: le transporteur
  • Essai Land Rover Discovery Sport: baroudeur familial
  • Essai Audi RS3 Berline 8V 2017
  • Essai Maserati Levante: nécessaire
  • Essai Porsche 718 Boxster & Cayman
  • Lamborghini Urus: Super Sport