Essai comparatif Porsche Cayman GT4 & GTS: le prix de la rigueur

Essai Porsche Cayman GTS

L’improvisation imposée par les circonstances de cette anthologique arsouille fait également de la boîte PDK un avantage de poids, permettant de concentrer mon attention sur le pilotage plutôt que l’exécution d’un talon pointe parfait à chaque freinage. La souplesse du GTS devient également un atout sur les sections dégradées, notamment sur un freinage en descente ou deux saignées diagonales déstabilisent les GT4 alors que le GTS conserve sa ligne. Dans l’ultime descente qui nous ramène sur la SS26 menant à Courmayeur, les fenêtres ouvertes ramènent l’odeur caractéristique des freins à température, mais la course à la pédale n’a pas pris un centimètre et aucun fadding n’est perceptible.

Essai Porsche Cayman GTS

Ce Cayman GTS m’a surpris là où je ne l’attendais pas, en mode full attack en boxant contre plus fort que lui. Une manière de démontrer qu’une pistarde n’est pas forcément l’arme ultime en utilisation routière. Pour une utilisation pistarde, le choix du GT4 est une évidence, avec la disponibilité du pack clubsport (4790 CHF pour la demi cage arrière et 510 CHF additionnels pour un harnais 6 points pour le baquet passager. Le temps de 7’40 » revendiqué par Porsche sur la Nordschleife est une belle carte de visite pour le Cayman GT4: ceci le place d’une courte longueur devant la 997 GT3, rien de moins.

Essai comparatif Porsche Cayman GT4 & GTS

Le GT4 n’est pas excessivement radical pour une utilisation routière, dès le moment où on goûte la fermeté de son amortissement, les réactions sans filtre de son châssis. Un fantastique jouet pour balade sportive, distillant des sensations de pilotage d’un très haut niveau. Le Cayman GTS souffre d’une comparaison directe. Il n’a ni le charisme, ni la rigueur du GT4. Celà n’enlève rien aux qualités intrinsèques d’un Cayman GTS, de préférence équipé des sièges à mémoire et leurs 18 réglages (3430 CHF) ou des baquets sport (même prix), offrant tout deux un maintien incomparablement meilleur. La spécification du chassis sport abaissé de 20mm rendra le comportement plus incisif, mais n’en fera pas un GT4 pour autant. Son avantage principal reste d’être disponible à la commande alors que la production 2015 et 2016 du Cayman GT4 est entièrement vendue. Et vu la qualité de l’auto, je n’ai aucun doute que tous les signataires de bons de commande ne regretteront pas leur choix.

Essai Porsche Cayman GT4 Essai Porsche Cayman GT4 Essai Porsche Cayman GT4

Pages: 1 2 3 4 5

Dans: Porsche

Recherche d'essais


Asphalte.ch

Abonnez-vous !

Recevez gratuitement des liens sur nos nouveaux articles par email.

Votre addresse email:

 

Partenaires

 

Piecesdetachees.ch

MotorDoctor.Fr

Les 20 plus lus

 

  • Essai Alpine A110 Première Edition: vers les sommets ?
  • McLaren Senna
  • Essai Kia Stinger GT 3.3 T-GDi
  • Essai Audi SQ5 TFSI: chasseur de Macan ?
  • Essai Skoda Karoq
  • Essai Volvo XC60 T8: l’alternative
  • Essai Audi S4 Avant B9: pour le meilleur
  • Essai Land Rover Discovery Sport: baroudeur familial
  • Essai Renault Megane Grandtour GT
  • Lamborghini Urus: Super Sport
  • Essai Honda Civic Type-R GT: exigeante
  • Essai VW Multivan T6: le transporteur
  • Essai Maserati Levante: nécessaire
  • Essai Audi RS3 Berline 8V 2017
  • Essai Peugeot 308 GTi
  • Essai Tesla Model X 90D