Essai Mercedes C220 T Bluetec

Essai Mercedes C220 Break Bluetec
La nouvelle Classe C W205 à l’essai, en version break diesel 170ch. 

Lancée en 1982 sous la dénomination 190 (type W201), la « baby Benz » est devenue le produit vedette de la marque, l’arme stratégique pour contrer la série 3 de BMW et ce qui devint l’A4 d’Audi, initialement appellée Audi 80 ou 4000 outre-atlantique. Le jalon de 8 millions de classe C vendues a d’ailleurs été franchi en Mai 2015. La nouvelle génération W205 introduite en 2014 est donc un produit stratégique dans la bataille que se livrent les 3 constructeurs premium allemands. La version break, également appellée T pour Touring, est apparue pour la première fois en 1996 au catalogue dans cette gamme, mais le premier break Mercedes remonte à 1977 avec la W123, l’équivalent d’une classe E dans la gamme actuelle. En 2015, la classe C la plus vendue est la berline C 300 4Matic du fait de son succès sur le marché nord américain, le deuxième plus grand marché automobile au monde derrière la Chine.

Test Mercedes C220 Bluetec Break W205

Les premières impressions comptent, et en m’installant au volant, elles sont excellentes. Cet intérieur est charmant, il respire la qualité et la cohérence. Le cuir bicolore noir/crème, les accents en plastique argent mat concourent à une ambiance luxueuse et sereine. Les interfaces ont été soignées, tout ce qui bouge, commute ou pivote a une précision mécanique quasi-horlogère, avec des crantages précis et nets. La qualité perçue est de haut niveau. A l’instar des classes A & CLA, l’écran multimédia a été extrait du volume de la console centrale, mais ses dimensions (8.4″ en diagonale en conjonction avec le système Comand Online) le font paraître moins chétif. Totalisateurs remis à zéro, une pression sur le bouton start et le 4 cylindres Bluetec s’ébroue dans le râclement caractéristique des turbodiesels. Il s’agit du C220, un des rares moteurs de la gamme dont la dénomination correspond réellement à la cylindrée. L’OM 651 (OM 651 DE 22 LA* pour être pédant) cube 2143 cm3 alors que les C180 et C200 utilisent un tout nouveau 1.6 litres. La suralimentation est confiée à 2 turbocompresseurs Borg Warner fonctionnant séquentiellement afin d’élargir la plage de fonctionnement. Le 220 Bluetec développe ainsi 400 Nm et 170ch, alors qu’en version C250, ces valeurs passent à 500 Nm et 204ch. Ce groupe est conforme aux normes Euro 6 et adopte pour y parvenir un système de réduction catalytique sélective (SCR) avec injection d’urée (AdBlue).

Test Mercedes C220 T Bluetec W205 intérieur Test Mercedes C220 T Bluetec W205 intérieur Essai Mercedes C 220 Break Bluetec W205

Au terme de mon premier trajet, mes premières constatations sont favorables, voire enthousiasmantes. L’ordinateur de bord affiche un prometteur 5.4 L/100km, mais c’est surtout le confort général de cette C220 qui est flagrant. Pour la première fois dans ce segment, Mercedes propose en option une suspension pneumatique pilotée AirMatic. L’option est abordable (1825 CHF ou 1300€) et offre un agrément et un confort dignes de superlatifs.

Merceces Classe C: suspension AirMatic

Pages: 1 2 3 4

Recherche d'essais


Asphalte.ch

Abonnez-vous !

Recevez gratuitement des liens sur nos nouveaux articles par email.

Votre addresse email:

 

Partenaires

 

Piecesdetachees.ch

MotorDoctor.Fr

Les 20 plus lus

 

  • Essai Alpine A110 Première Edition: vers les sommets ?
  • Essai Kia Stinger GT 3.3 T-GDi
  • McLaren Senna
  • Essai Skoda Karoq
  • Essai Audi SQ5 TFSI: chasseur de Macan ?
  • Lamborghini Urus: Super Sport
  • Essai Volvo XC60 T8: l’alternative
  • Essai Audi S4 Avant B9: pour le meilleur
  • Essai Land Rover Discovery Sport: baroudeur familial
  • Essai Honda Civic Type-R GT: exigeante
  • Essai Maserati Levante: nécessaire
  • Essai Audi RS3 Berline 8V 2017
  • Essai Peugeot 308 GTi
  • Essai BMW 540i xDrive: première de classe ?
  • Essai VW Multivan T6: le transporteur
  • Essai Renault Megane Grandtour GT