Contact Ford Focus ST

Essai Ford Focus ST
Nous faisons connaissance avec la nouvelle Ford Focus ST en Catalogne.

Nous vous proposons l’essai de la troisième Ford Focus ST présentée en 2011 au salon de Genève et commercialisée en 2012, dont nous avons aujourd’hui le re-styling esthétique et technologique. Rendez-vous a été pris fin janvier dans la région de Barcelone, pour prendre en main plusieurs versions de cette Focus ST, essence ou diesel, 5 portes ou break.

Ford lance l’appellation ST, pour Sport Technologies, en 1997. On peut résumer la philosophie voulue par le constructeur américain par l’alliance de la sportivité et la technologie en gardant une accessibilité quotidienne, un peu comme la gamme S chez Audi. Par ailleurs chez ces deux généralistes la gamme plus sportive est symbolisée par les mêmes lettres RS.

Ford Focus ST

La première surprise concerne les motorisations. En plus du moteur deux litres turbo essence, Ford a développé une version sportive de son quatre cylindres diesel de capacité identique. Le premier développe toujours 250 ch à 5500tr/min et 360 nm de couple dès 2000 tr/min. mais la cartographie a été améliorée nous dit Ford. Le deuxième développe 185 ch à 3500tr/min et 400 nm dès 2000tr/min. Bien que la notion de voiture sportive équipée d’un moteur diesel puisse rebuter de prime abord, force est de constater qu’il s’agit certainement d’un positionnement segmentaire, sur lequel d’autre marques sont déjà présentes (Skoda Octavia RS, VW Golf GTD, Seat Leon FR).

La seconde vient des carrosseries disponibles. Uniquement deux, le hatchback ou 5 portes avec hayon, ainsi que le break. Cela était déjà le cas avec le rafraîchissement de la Focus présenté il y a un an, mais il est utile de le rappeler tant l’on associe une voiture sportive de ce segment avec trois portes. Les modifications esthétiques sont relatives, avec un nouveau bouclier avant doté d’une calandre en nid d’abeille, des bas de caisses modifiés, et à l’arrière un nouveau béquet de hayon pour le hatchback, ainsi qu’un diffuseur et une sortie d’échappement centrale. Une nouvelle couleur spécifique à la ST fait son apparition, en plus des cinq coloris de la précédente version : gris Stealth, une teinte fort agréable rappelant le Grigio Telesto de Lamborghini.

Ford Focus ST Intérieur Ford Focus ST intérieur Ford Focus ST intérieur

L’habitacle bénéficie lui aussi d’amélioration 2.0 de cette Focus. La première impression par rapport à la ST précédente est un retour à une certaine forme de sobriété, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Le festival de couleurs proposé précédemment n’était pas une réussite esthétique, et c’est un euphémisme. Tout comme la finition intérieure et la pléthore de boutons divers. Et là aussi Ford a corrigé le tir. Les plastiques sont de meilleure facture, l’agencement semble plus réfléchi, de manière générale l’attention se focalise dorénavant plus sur la conduite que sur le fonctionnement du véhicule. Les sièges avants signés Recaro offrent un maintien excellent, le volant à trois branches est de taille parfaite, avec un méplat sur la partie inférieure. Le combiné d’instruments spécifique du modèle est également repris sur la partie supérieure de la console centrale, mais les cadrans trop petits et la position empêche une lisibilité efficiente en roulant. La position de conduite est assez basse, bien que la configuration des voitures modernes aient une tendance à se rapprocher plus du Suv que de la monoplace dans ce registre.

Notons également que le système « active sound symposer » utilisé sur le modèle précédent pour diffuser le bruit d’admission du moteur vers l’habitacle au moyen d’un conduit dont l’ouverture était commandée par un volet actionné électriquement est abandonné, pour des raisons de coût et de fiabilité – il ne fonctionnait pas toujours parfaitement. Il est remplacé par un système produisant un accompagnement sonore synthétique amplifié par l’installation audio de la voiture, et qui présente en outre l’avantage de pouvoir être utilisé aussi désormais pour la version diesel.

Dans la pratique ce dispositif est absolument parfait, donnant la sensation d’avoir sous le capot un moteur atmosphérique rageur. Un des principaux défauts des moteurs turbo-compressés est justement leur sonorité étouffée, et ici en amplifiant l’aspiration de l’admission le résultat est jouissif. On perçoit en sus un léger feulement de l’échappement. Notons que ce système a de beaux jours devant lui car la nouvelle norme européenne qui interdira les échappements à valve active entre en vigueur en 2016.

Pages: 1 2 3

Dans: Ford

Recherche d'essais


Asphalte.ch

Abonnez-vous !

Recevez gratuitement des liens sur nos nouveaux articles par email.

Votre addresse email:

 

Partenaires

 

Piecesdetachees.ch

MotorDoctor.Fr

Les 20 plus lus

 

  • Essai Porsche 911 GT3: haute fidélité
  • Jaguar E-Pace
  • Essai Audi RS5 Coupé
  • Aston Martin Valkyrie: les détails
  • Essai VW Multivan T6: le transporteur
  • Essai Land Rover Discovery Sport: baroudeur familial
  • Essai Audi SQ5 TFSI: chasseur de Macan ?
  • Essai VW Tiguan 2.0 TSI 4Motion
  • Essai Porsche 911 Carrera 4 GTS Cabriolet
  • Audi A8: le futur du luxe
  • Essai Audi S4 Avant B9: pour le meilleur
  • Hyundai i30N: en route
  • Essai Mazda MX-5 ND: oui !
  • Essai longue durée Porsche Macan S: cherchez la faille
  • Essai Renault Espace 5 Initiale Paris
  • Essai comparatif Porsche Cayman GT4 & GTS: le prix de la rigueur