Essai McLaren MP4-12C: agent orange

McLaren MP4-12C

La McLaren MP4-12C à l’essai, première pierre d’un nouvel édifice de McLaren Automotive.

C’est à la fin 2007 que les premiers articles relatant les projets d’une nouvelle McLaren supercar sont parus dans la presse spécialisée. Après la célébrissime série de 107 McLaren F1 – dont seulement 69 exemplaires routiers – au milieu des années 90, puis une éphémère collaboration avec Mercedes sur la série SLR entre 2003 et 2010, le retour du constructeur de Woking aux automobiles de tourisme en tant que constructeur et motoriste s’annonçait comme un événement marquant dans l’automobile d’exception. Il fallut attendre 2010 pour la présentation officielle de la MP4-12C, et dans notre cas le printemps 2013 pour nous installer à son volant pour un essai complet.

mclaren-mp4-12c-62

Je trouve la McLaren MP4-12C plus belle qu’en photo, ses lignes douces se traduisant par une élégance naturelle. Avec cette superbe peinture spéciale McLaren Orange, on frise le décollement de rétine, tant la livrée sied aux lignes et volumes, soulignant le contraste avec les écopes latérales, les découpes du bouclier ou le bloc intégrant optiques et échappement à l’arrière.

mclaren-mp4-12c-62 mclaren-mp4-12c-62mclaren-mp4-12c-62

L’épure des portes en élytre requiert une attention particulière dans la plupart des parkings, tant en largeur qu’en hauteur. L’entrée à bord n’est pas particulièrement difficile si on accepte d’utiliser le large caisson en carbone comme pivot, mais nettement moins aisée que dans une Ferrari 458 très conventionnelle de ce point de vue. Un rituel particulier, un peu à l’image des portes papillon d’une Mercedes SLS AMG, et à l’opposé à une approche italienne somme toute très pragmatique, presque le monde à l’envers. Une fois la porte refermée, l’habitacle surprend par son dépouillement et l’agencement peu familier de certaines fonctions. L’étroite console centrale est dominée par l’interface multimedia et les commutateurs de configuration. Les fonctions de climatisation sont reportées sur chaque porte, dans le prolongement des poignées. L’ensemble dégage une impression de dépouillement et de sobriété, jusqu’au combiné d’instruments. Un grand compte-tours analogique avec tachymètre digital incrusté, et deux écrans LCD auxiliaires pour les informations et voyants usuels.

McLaren MP4-12C Instruments

Pages: 1 2 3 4 5 6

Dans: McLaren

Recherche d'essais


Asphalte.ch

Abonnez-vous !

Recevez gratuitement des liens sur nos nouveaux articles par email.

Votre addresse email:

 

Partenaires

 

Piecesdetachees.ch

MotorDoctor.Fr

Les 20 plus lus

 

  • Essai Alpine A110 Première Edition: vers les sommets ?
  • Essai Kia Stinger GT 3.3 T-GDi
  • McLaren Senna
  • Essai Skoda Karoq
  • Essai Audi SQ5 TFSI: chasseur de Macan ?
  • Essai Volvo XC60 T8: l’alternative
  • Essai Audi S4 Avant B9: pour le meilleur
  • Lamborghini Urus: Super Sport
  • Essai Land Rover Discovery Sport: baroudeur familial
  • Essai Honda Civic Type-R GT: exigeante
  • Essai Maserati Levante: nécessaire
  • Essai Audi RS3 Berline 8V 2017
  • Essai VW Multivan T6: le transporteur
  • Essai Peugeot 308 GTi
  • Essai BMW 540i xDrive: première de classe ?
  • Essai Renault Megane Grandtour GT