Essai Audi RS4 Avant B8

Audi RS4 B8
L’Audi RS4 Avant à l’essai: est-elle digne de ses prédécesseurs ?
Parmi les lettres de l’alphabet ayant une évocation sportive pour les dénominations de voitures, le « R » et le « S » ne sont pas en reste. Audi, et sa division haute performance « Quattro » ont réuni ses deux lettres pour les modèles les plus exclusifs de la gamme. En consultant les livres d’histoire, la première Audi estampillée du logo RS est la RS2 au milieu des années nonante. La recette ? Un gros turbo sur le 5 cylindres en ligne de l’époque, installé sous le capot d’un break compact. La pêche dans les tours séduit de nombreux amateurs de voitures de sport, malgré le temps de réponse du turbo en reprise. Si Audi fait appel à Porsche pour développer cette RS2, ce sont des équipes de développement internes qui signent les suivantes. A commencer par la première « vraie » RS telle que nous les connaissons aujourd’hui, la RS4 type B5 commercialisée en 2000. Le succès de ces modèles est confirmé par le fait que pratiquement chaque gamme aujourd’hui possède son modèle RS, exception faite de la petite A1 qui a malgré tout reçu sa version délurée.

Audi RS4 B8

En 2006, pour sa version B7, la RS4 reçoit le V8 de 4.2l FSI poussé à 420 ch. La recette est saluée à son lancement, hauts régimes, sonorité et l’expérience innovante, presque décalée d’une berline ou break compacts équipés d’un gros V8. En une décennie, le badge RS4 est presque devenu une institution, se forgeant une solide réputation auprès de la clientèle. Une RS4 est une sportive discrètement valorisante mais immédiatement identifiable par l’amateur. Elle offre une expérience de conduite hors norme, proche d’un coupé sportif, et des performances à faire pâlir une bonne partie de la production automobile. Voyons si la RS4 B8 remplit ces objectifs.

Audi RS4 B8

La lecture de la fiche technique montre, côté moteur, que le V8 4.2l est conservé, il a gagné en puissance mais dans des proportions (relativement) modestes, 30 ch. Le couple maxi est inchangé, mais atteint à un régime inférieur. En ces temps de normes antipollution toujours plus draconiennes, il n’était probablement pas simple de chercher des chevaux et du couple sans faire appel à la suralimentation. Résultat, 450 ch à 8250 tr/mn et 430 Nm de 4000 tr/mn à 6000 tr/mn. La boite manuelle n’est plus disponible, seule la boite S-Tronic à 7 rapports est offerte au catalogue. La transmission est naturellement confiée à un système à quatre roues motrices Quattro distribuant nominalement le couple à raison de 40% à l’avant et 60% à l’arrière.

Audi RS4 B8

La carrosserie de l’A4 Avant a subi quelques modifications pour en améliorer la présence visuelle et c’est incontestablement une réussite. Audi est allé puiser dans son histoire pour le dessin de l’élargissement des ailes, en reprenant une des caractéristiques visuelles de la première Audi Quattro du début des années quatre-vingt. A l’avant, des prises d’air surdimensionnées et une grille single frame aux alvéoles anthracite brillant donnent un air plutôt menaçant. A l’arrière deux énormes sorties d’échappement ovales sont placées de chaque côté d’un extracteur d’air. Les coques de rétroviseur sont traitées en aluminium mat.

Audi RS4 B8 Audi RS4 B8

Pages: 1 2 3 4 5

Dans: Audi

Recherche d'essais


Asphalte.ch

Abonnez-vous !

Recevez gratuitement des liens sur nos nouveaux articles par email.

Votre addresse email:

 

Partenaires

 

Piecesdetachees.ch

MotorDoctor.Fr

Les 20 plus lus

 

  • Essai Alpine A110 Première Edition: vers les sommets ?
  • Essai Kia Stinger GT 3.3 T-GDi
  • McLaren Senna
  • Essai Skoda Karoq
  • Essai Audi SQ5 TFSI: chasseur de Macan ?
  • Lamborghini Urus: Super Sport
  • Essai Volvo XC60 T8: l’alternative
  • Essai Audi S4 Avant B9: pour le meilleur
  • Essai Land Rover Discovery Sport: baroudeur familial
  • Essai Honda Civic Type-R GT: exigeante
  • Essai Maserati Levante: nécessaire
  • Essai Audi RS3 Berline 8V 2017
  • Essai Peugeot 308 GTi
  • Essai BMW 540i xDrive: première de classe ?
  • Essai VW Multivan T6: le transporteur
  • Essai Renault Megane Grandtour GT