Essai Mazda MX-5 NC FL: 20 ans de règne

Essai Mazda MX-5 NC FL
La Mazda MX-5 NC facelift à l’essai. 

En 1989, Mazda relance la mode du cabriolet deux places en lançant sur le marché la désormais célèbre MX-5, aussi connu sous le petit nom de Miata. Avant de vous parler du tout dernier modèle qui tient le premier rôle de notre article, place à un petit rappel historique.

Il y a tout juste 20 ans, le constructeur japonais nous présente la première version de la MX-5, la NA pour les spécialistes. Elle dispose d’un petit 4 cylindres 1.6l développant 115cv envoyés sur l’essieu arrière avec un poids bien contenu de moins d’une tonne. Pas de doute, le plaisir est bien au rendez-vous. Par la suite elle se verra équipée à choix d’un 1.6l 90cv ou d’un 1.8l 130cv, mais qui s’avèreront moins plaisant que l’original. Son design s’inspire des petits roadsters anglais des années 60. On constate une ressemblance flagrante avec la mythique Lotus Elan tant les lignes en sont proches. Elle est d’ailleurs aussi équipée des phares rétractables qui disparaîtront sur les modèles suivants. Presque 10 ans s’écoulent, et voilà qu’en 1998 Mazda nous présente la deuxième génération de la MX-5, la NB. Le dessin est un peu moins « retro », mais l’esprit est le même. Les motorisations gagnent en puissance, le 1.6l passe à 110cv et le 1.8l à 140cv. En 2001, léger relooking et c’est donc la NB FL (pour Face Lift) qui poursuit la magnifique carrière de la petite nippone. Bien évidemment Mazda n’est plus seul dans ce segment, et à ce moment là, la concurrence est bien présente. Fiat Barchetta, MG F, BMW Z3, Mercedes SLK, Toyota MR2 entre autres, proposent des alternatives intéressantes, sans toutefois aussi bien marier le charme et l’élégance. De plus cette MX-5 a su rester abordable et offre un rapport qualité/prix/plaisir sans égal.

Essai Mazda MX-5 NC FL

Mais la pression est forte, et en 2006 Mazda revoit son icône en lançant la troisième génération, la NC. La face avant avec sa grande bouche ronde rappelle tout de suite son illustre ancêtre la NA, mais remise au goût du jour. Avec les années le poids augmente légèrement, la puissance aussi. Maintenant la MX-5 dispose à choix d’un 1.8l 125cv et d’un 2.0l 160cv. Toujours en raison de la forte demande, la troisième génération de la MX-5 est dorénavant aussi disponible avec un toit rigide rétractable. Le puriste que je suis n’arrive pas concevoir qu’une telle voiture « plaisir » puisse se décliner dans cette version. Mais il faut se faire une raison, il en faut pour tous les goûts. Automne 2008, lors du Mondial de Paris, Mazda nous dévoile le facelift de la MX-5 NC, qui devient donc la NC FL.

C’est justement cette dernière qui fait ‘objet de notre essai et dont nous allons maintenant vous parler en détail. Encore une chose, et pas des moindres : depuis 1989, Mazda a fabriqué 855’000 exemplaires de sa merveilleuse MX-5 et depuis 2000, elle figure dans le livre Guinness des Records comme le cabriolet biplace le plus vendu au monde !

Essai Mazda MX-5 NC FL

Notre modèle d’essai est une 2.0 Sport équipée en option d’une suspension rabaissée qui lui donne un look radicalement sportif tant elle semble s’imprégner de l’asphalte qui l’entoure. Nous verrons par la suite qu’en plus de l’effet visuel, cette option lui sera bénéfique pour la tenue de route. Vous l’aurez compris, rajoutez cette option avant de signer le bon de commande. Le facelift n’apporte pas de grande nouveauté par rapport à la NC : seuls le bouclier avant et le pare-choc arrière ont été redessinés, mais cela suffit à lui donner un air un brin plus agressif. Certains y trouveront un plus, d’autres constateront qu’elle perd un peu de l’esprit qui la rapprochait tant de sa grand-mère, la MX-5 NA. La calandre troque quelques rondeurs au bénéfice d’une forme ressemblant à un trapèze rectangle inversé. Les phares avant s’affûtent et les rétroviseurs se biseautent en reprenant un peu le style de la calandre. Une expression bien connue dit qu’il faut arrondir les angles pour qu’une situation s’améliore. Dans le cas présent, Mazda a plutôt fait l’inverse et le résultat est très réussi ! Sa ligne élancée lui procure une image sympathique qui ne laissera personne indifférent.

Qu’il fasse beau ou mauvais, la MX-5 se présentera sous son plus bel angle. Repliée, la capote disparaît complètement derrière les sièges de cette stricte deux places, sans d’ailleurs que cela ne change le volume du coffre. Une fois mise en place, elle s’intègre parfaitement à l’ensemble sans choquer le regard. La partie arrière relativement courte se termine par deux sorties d’échappement disposées de chaque côté accentuant l’aspect racé de cette petite Mazda.

Essai Mazda MX-5 NC Essai Mazda MX-5 NC

Pages: 1 2 3 4 5

Dans: Mazda

Recherche d'essais


Asphalte.ch

Abonnez-vous !

Recevez gratuitement des liens sur nos nouveaux articles par email.

Votre addresse email:

 

Partenaires

 

Piecesdetachees.ch

MotorDoctor.Fr

Les 20 plus lus

 

  • Essai McLaren 720S
  • Essai Aston Martin DB11: la rupture
  • Essai Skoda Karoq
  • Tesla Roadster 2: la bombe E
  • Essai Volvo XC60 T8: l’alternative
  • Essai Opel Ampera-e: l’électrique pour tous ?
  • Corvette ZR1
  • Tesla Semi: le poids lourd
  • Essai BMW 540i xDrive: première de classe ?
  • Aston Martin Vantage
  • Essai Audi RS3 Berline 8V 2017
  • BMW M3 CS
  • Essai VW Tiguan 2.0 TSI 4Motion
  • Essai Mercedes C43 AMG 4Matic: l’autre griffe AMG
  • Essai Audi SQ5 TFSI: chasseur de Macan ?
  • Essai Land Rover Discovery Sport: baroudeur familial